A Bukavu, des milliers des manifestants disent non aux menaces contre le Docteur Mukwege, réclament

Ce sont des milliers de personnes qui se sont mobilisées dans les rues de Bukavu ce jeudi 3 septembre 2020 pour s’opposer aux menaces qui sont proférées à l’encontre du Dr Denis Mukwege et soutenir son combat contre l’impunité face aux graves violations des droits humains qui sont commises en République Démocratique du Congo depuis plus de deux décennies.

Des habitants venus de tous les coins de la ville de Bukavu et ses alentours se sont réveillés tôt ce jeudi 3 septembre afin de répondre à l’appel à marcher pacifiquement lancé par le mouvement citoyen « Réveil des Indignés ». Depuis son tweet dénonçant le massacre survenu à Kipupu le 16 juillet dernier au Sud Kivu, le Prix Nobel de la Paix, Médecin Directeur de l’Hôpital de Panzi est la cible de menaces sérieuses.

Alors que plus de 500 survivantes, membres du Mouvement National des Survivant.e.s de Violences Sexuelles en RDC avaient décidé de commencer leur trajet par l’Hôpital de Panzi où elles ont déposé des présents au Dr Mukwege ; les autres manifestants ont démarré du rondpoint ISP de Bukavu en passant par Nyawera jusqu’au Cabinet du Gouverneur du Sud-Kivu à Nyamoma. Dans la foule, de nombreux mouvements citoyens, des acteurs de la société civile, des activistes, des acteurs politiques, des survivantes ainsi que d’autres habitants venus soutenir le combat du Docteur Mukwege pour dire non à l’impunité et demander que justice soit faite contre les graves violations des droits humains commis en République Démocratique du Congo dont beaucoup sont répertoriés dans le rapport Mapping de l’ONU.

Armés de calicots portant des messages de soutien et de fortes revendications, ces manifestants refusent de croiser les bras alors que le Docteur Denis Mukwege est victime des menaces et d’une campagne de diabolisation à l’intérieur du pays et à l’étranger suite au combat qu’il mène depuis de nombreuses années en exigeant la justice.

Pour le « Réveil des Indignés » et des milliers des manifestants, menacer le Docteur Denis Mukwege n’est qu’une fuite en avant de ceux qui se savent impliqués dans les exactions : « Le Docteur Mukwege a choisi de défendre les droits fondamentaux des faibles et pour ce faire, il est devenu le porte-voix de toutes les victimes de violences. Son combat pour la vérité, la justice et les droits de l’Homme lui a valu une grande reconnaissance et du respect au niveau mondial jusqu’à lui octroyer différents prix, dont le prix Nobel de la Paix. Ne devient pas prix Nobel de la paix qui le veut et proférer des menaces à son encontre en ayant pour but de le faire taire revient à s’attaquer à notre nation et même à toute l’humanité » explique un manifestant, membre du mouvement « Réveil des Indignés ».

Répondre aux messages de haine par l’amour

Les femmes du Mouvement National des Survivant.e.s de Violences Sexuelles en RDC sont tenu à exprimer leur soutien au Docteur d’une façon particulière. C’est plus de 80 bus venus de Kavumu, Bagira et Bukavu remplis de survivantes dont certaines ont été soignées par le Dr Mukwege qui ont débarqué avec des chèvres, des légumes et autres marques d’affection : « Nous sommes prêtes a donner notre vie pour le Docteur » ont-elles dit devant la foule et devant un Docteur Mukwege ému avant d’ajouter : « Nous sommes venues lui dire que peu importe ce qu’il va arriver, nous sommes debout avec lui, comme il nous a aidé à nous remettre débout », explique Tatiana Mukanire, la coordinatrice nationale du mouvement des survivantes.

Prenant la parole pour remercier celles qu’il considère comme des héroïnes courageuses, le Docteur Mukwege a, encore une fois, prêché l’amour et la paix. L’homme qui répare les femmes appelle à pardonner et à ne jamais insulter qui que ce soit, mais à défendre la vérité : « Quand vous vous battez pour la justice et la paix, apprenez à dire la vérité. Vous ne pouvez pas avoir la justice et la paix sans dire la vérité. Même si nous sommes pourchassés comme des oiseaux, si nous sommes dans la vérité, nous y resterons. Répondez à la haine par l’amour, à la calomnie par la vérité et pardonnez à ceux qui vous offensent. Ne répondez pas à la haine par la haine mais plutôt par l’amour », a-t-il exhorté.

Rendez-vous le 1er octobre, date anniversaire du Mapping Report de l’ONU

Dans la foulée, le Docteur Mukwege, dont la détermination n’est en rien ébranlée, a fixé rendez-vous le 1er octobre 2020 aux cinq cents femmes du mouvement des survivantes, cette date marquant les 10 ans de la publication du Rapport Mapping de l’ONU. Le Docteur Mukwege demande l’exécution des recommandations qui sont faites dans le rapport. Il dénonce le silence autour du Mapping ainsi que la non-publication de ses annexes qui citent les auteurs des graves crimes en RDC : « Le 1er octobre, si vous n’avez pas de jambes, fabriquez-en et venez réclamer la justice pour tous les congolais qui ont été tués ou affectés d’une manière ou d’une autre. Que le monde entier sache que les femmes de la RDC demandent non une justice de répression, mais une justice de réparation. Nous allons dire au monde que les Congolais partagent la même humanité et qu’ils ont droit à la justice, droit d’être traités comme tout le monde », a-t-il insisté.

C’est la première fois que le Docteur Denis Mukwege s’exprime publiquement depuis le début des menaces et d’une campagne de diabolisation contre sa personne. Au pays comme dans le monde, des messages de soutien ne cessent d’affluer. Des acteurs sociaux, diplomates, chefs d’Etats ou encore des politiques appellent à renforcer la sécurité autour de celui qui est devenu le symbole de la lutte contre les violences sexuelles dans le monde.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Mushununu,

Panzi, Bukavu,

RD Congo

  • Twitter - Black Circle
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Black

@Hopital de Panzi 2016